marcher_une_philosophieLe thème :  Qui a dit que les philosophes n'avaient pas les pieds sur terre ?
Marcher : une philosophie est un livre-promenade. Il se compose de petits chapitres, qui sont autant de chemins, de paysages.
En parcourant ses pages, on sillonne le monde, du Tibet à l'Allemagne en passant par Chypre et l'Inde, tout en voyageant dans le temps, de l'Antiquité à nos jours.  Nos compagnons de route sont des poètes, des philosophes, des sages ou des pèlerins. Au détour d'un sentier, on rencontre Kant, Rimbaud, Nerval, Thoreau. Au chapitre suivant, on se pose un instant pour réfléchir sur une thématique liée à la marche (le pèlerinage, la randonnée, la flânerie en ville, ...). Puis on repart pour une nouvelle découverte, une nouvelle rencontre...

Mon avisvery1happy TRÈS PLAISANT !
Voici un livre rare... En le lisant, on marche dans Paris aux côtés de Rimbaud, on gravit des montagnes avec Nietzsche, on suit Gandhi vers la mer. Puis on les quitte pour une autre étape. Sera-t-elle un chemin de randonnée ou une allée de jardin public ?
Non seulement on découvre des éléments biographiques un peu décalés sur des marcheurs connus, mais on est également amené à poser un autre regard sur une activité que, pour la plupart d'entre nous, nous pratiquons quotidiennement, et sans y penser.
Et quelle poésie ! Imaginez vous en train de contempler "le charme d'un lacet de chemin au milieu des collines, la beauté des champs de vigne en automne, comme des écharpes de pourpre et d'or, l'éclat argenté des feuilles d'olivier sur un ciel définitif l'été, l'immensité de glaciers parfaitement découpés".
Un livre gorgé de poésie, de grands espaces, de réflexions. Qu'il est bon d'avoir un tel ouvrage dans sa bibliothèque...

Première phrase
:
Marcher n'est pas un sport.

Morceaux choisis :
L'illusion de la vitesse, c'est de croire qu'elle fait gagner du temps. Le calcul paraît simple à première vue : faire les choses en deux heures plutôt que trois, gagner une heure. C'est un calcul abstrait pourtant : on fait comme si chaque heure de la journée était celle d'une horloge mécanique, absolument égale.
Mais la précipitation et la vitesse accélèrent le temps, qui passe plus vite, et deux heures à se presser écourtent une journée. Chaque instant est déchiré à force d'être segmenté, rempli à craquer, on emplie dans une heure une montagne de choses. [Chapitre Lenteur]

*

[...] Face au développement de cette rage de l'enrichissement sans limites, face à la capitalisation aveugle de biens matériels, Thoreau propose une nouvelle économie.
Le principe en est simple. Il ne s'agit plus de se demander ce que rapporte telle ou telle activité, mais ce qu'elle coûte en instants de vie pure. [Chapitre La conquête du sauvage]

Références :
Marcher : une philosophie, Frédéric Gros
Éditeur : Carnets Nord (15 mai 2009)
302 pages - 17,00 euros
ISBN : 9782355360084

-----------------------------------
BONUS
-----------------------------------

  • Le livre présenté sur le site de l'éditeur, avec des extraits et des articles de journaux [+]
  • Le livre dans Le Monde [+]
  • L'auteur, sur Wikipedia [+]
  • Promenons-nous dans le monde (ou dans le livre ?)...

Le Mont Kailash, lieu de pèlerinage au Tibet

kailash

[Crédit photo. : reurinkjan , sous licence Creative Commons]

  • Quand Rimbaud se promène...

Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l'herbe menue :
Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien,
Mais l'amour infini me montera dans l'âme ;
Et j'irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la Nature, heureux comme avec une femme.