j_etais_derriere_toi

L'histoire : Un soir, en Italie, dans un restaurant, un homme dîne avec son père et sa belle-mère. Cet homme, marié et père de deux enfants, est malheureux et perdu : sa vie de couple qui semblait si parfaite a récemment basculé et ne cesse de dégénérer depuis. Comme pris au piège, il ne parvient pas à mettre un terme à sa chute.

A la fin du repas, le serveur apporte l’addition, accompagnée d’un petit mot sur lequel sont écrits les mots «J’étais derrière toi» et un numéro de téléphone...

Mon avis : COUP DE coeur !
J’ai adoré ce livre, rédigé sur le ton de conversation. On a envie de le lire d’une traite. Le narrateur nous dévoile toute la complexité de ses sentiments, de ses indécisions, de ses espoirs, de ses certitudes, de ses souffrances, de ses doutes, comme s’il était en face de nous. On découvre la fin d’une relation et le début d’une autre, la mort et la naissance de l’amour, l’enfer et le paradis à deux, et aussi l’évolution intérieure d’un homme qui apprend à se connaître et à se situer à sa juste place.

Morceau choisi :

 Ero dietro di te : tu sais ce que ça veut dire, en français ? Ca veut dire J’étais derrière toi. En fait, pendant tout le dîner, elle était assise à une table derrière la nôtre et elle a passé son temps à me regarder sans que je le sache. Et, c’est marrant, je suis en train de me rendre compte qu’en la tirant un peu par les cheveux, elle est éminemment symbolique, cette phrase. Elle pourrait signifier aussi : « Pendant tout ce temps, j’étais juste derrière toi, pas très loin, et tu ne m’as pas vue. C’était l’évidence même, toi et moi, mais on se ratait à chaque fois. Maintenant, me voilà, je suis là, et je compte bien te le faire savoir, la balle est dans ton camp, tu ne pourras pas dire que tu n’as pas été prévenu et te lamenter d’être passé à côté de la chance de ta vie. » Non ?

-----------------------------------
BONUS
-----------------------------------

  • J'étais derrière toi vu par la presse : ici
  • Si vous hésitez encore, pensez à l'auteur :

Sa biographie rapide : site POL Éditeur

Et ce qui ne gâche rien, voici à quoi il ressemble clindoeil:

fargues